Saint Gilles de Charonville

52947225_1657403991073078_8320667535842213888_o

Encore une nouvelle "mission" pour Urgences Patrimoine, une "mission impossible", mais impossible n'est pas UP !

C'est l'histoire d'une petite église d'un charmant village d'Eure et Loir d'un peu plus de trois cents âmes.

L'église Saint Gilles de Charonville a, comme tant d'autres dans notre beau pays de France, été laissée sans soin durant des décennies et se trouve aujourd'hui dans un état désespéré. Il faut agir vite, très vite maintenant, afin qu'elle ne s'écroule pas sur le cimetière attenant ou pire, sur l'école toute proche. Charonville a la chance d'avoir un Maire soucieux de son patrimoine local et également, une association dynamique pour la sauvegarde de l'édifice qui dispose déjà d'une certaine somme pour les restauration urgentes.

De plus, le Maire a su gérer sa commune "en bon père de famille" et le budget de celle-ci est positif, ce qui va permettre de baisser les impôts, même si les travaux d'urgence de l'église sont lancés.
Un scénario idéal donc. Malheureusement, il y a une "une ombre au tableau": Une forte opposition au sein du Conseil Municipal empêche la moindre action pour la sauvegarde de l'édifice, prétextant qu'il y a d'autres priorités qu'un "tas de pierres" dont certaines dateraient du XII ème siècle.
Donc, n'étant pas majoritaire, le Maire ne peut pas agir comme il le souhaiterait et l'église se dégrade un peu plus chaque jour.

Nous avons été alertés il y a quelques semaines par une adhérente à Urgences Patrimoine et maintenant, nous sommes en contact avec un habitant du village qui se bat comme un lion pour essayer de sauver "l'insauvable".

Il est d'ailleurs l'auteur d'une pétition en ligne, que je vous invite à signer à la fin de cette publication.

Je dois m'entretenir avec Monsieur le Maire dans les prochains jours et surtout, nous allons alerter Madame la Préfète du département, qui je l'espère accueillera notre alerte avec intérêt et agira rapidement dans l'intérêt du patrimoine de Charonville.

À suivre ....
Pour signer la pétition, cliquez ici.