top of page
  • Photo du rédacteurAlexandra Sobczak

L’église Notre-Dame-de-Roubaix cambriolée

Dernière mise à jour : 24 nov. 2023


notre-dame-de-roubaix-cambriolage-urgences-patrimoine.jpeg

Dans certaines communes, on se préoccupe tellement du patrimoine religieux qu’on ignore même la date du cambriolage. D’après les enquêteurs, les faits se sont déroulés entre le 15 septembre et le 31 octobre.


L’édifice est certes désacralisé depuis 1983, mais il contenait tout de même deux orgues classés au titre des Monuments Historiques, dont les tuyaux avaient été mis en caisse en 1996 par prudence, afin de ne pas subir les affres des variations de température.

Ce qui a d’ailleurs facilité la tâche des cambrioleurs, qui n’ont eu qu’à se servir.

Aucune dégradation dans l’édifice, à part une fenêtre cassée pour entrer.

Comme si les tuyaux ne suffisaient pas, une quinzaine de lustres fait partie du butin.

Pourtant située en ville, personne n’a rien vu, ni rien entendu, car la sacristie donne dans une impasse. Cela nous surprend tout de même, car il a dû falloir un certain temps aux malfaiteurs pour charger tout ça.

Outre notre sempiternelle question au sujet de la sécurisation des édifices religieux, nous ne pouvons que nous étonner de la présence des deux instruments classés dans un édifice abandonné. L’occasion nous est encore ici donnée de rappeler que les propriétaires de patrimoines classés ont certes des droits, mais aussi des devoirs. Alors pourquoi la DRAC des Hauts-de-France n’est-elle pas intervenue au moment de la désacralisation et la fermeture au public afin, que ces deux instruments puissent trouver une place de choix dans un autre édifice ? Nous ne le saurons probablement jamais.


Tous les détails de l’affaire dans cet article très complet de La Voix du Nord :




bottom of page